Environnement

La commune de Fermanville, située sur la côte nord du département, baignée par les eaux de la Manche, offre de nombreux paysages diversifiés, alternant bocage, landes, bois, rivages rocheux et sableux, petits ports patrimoniaux.
Voici quelques sites remarquables, parmi d’autres :

La Vallée des Moulins
Irriguée par le Poult qui s’écoule tranquillement en son milieu, c’est une jolie petite vallée boisée qui doit son nom aux moulins à eau, au nombre de sept, qui la jalonnaient et servaient autrefois à la production de farine de blé, de sarrasin ou d’huile de noix. Comme pour beaucoup d’autre régions, cette activité de meunerie s’est interrompue progressivement au cours du XXe siècle mais la plupart des constructions sont encore présentes, bien qu’étant maintenant des habitations privées.
La vallée est enjambée dans sa partie sud par un viaduc (hyperlien vers le viaduc) de 242 m de long et 32 m de haut, emprunté jadis par un petit train appelé le « Tuevaques ».
Cette vallée, parcourue par de nombreux sentiers, est un lieu idéal de promenade, dans un cadre champêtre et apaisé, hors du temps.

Les Landes du Brulay
Surplombant les environs et offrant des points de vue magnifiques sur la côte, cet espace naturel où se mêlent ajoncs, bruyères, fougères et petits arbrisseaux, est une zone Natura 2000 dont la plupart des terrains (239 hectares) appartiennent au Conservatoire du littoral (lien) et sont gérés par le Symel (lien).
Un pâturage mixte de caprins et d’équidés est en place pour assurer à la fois des phases de restauration et d’entretien de cet espace.
Comme l’attestent les nombreux chemins creux très anciens qui sillonnent la lande, ainsi que les murets, composés d’énormes blocs ou de petites pierres, qui servaient à délimiter les parcelles, ce site sauvage a été de longue date occupé par les humains. Certains de ces chemins, menant aux cours d’eau, étaient empruntés pour le transport des plantes textiles, en vue de leur rouissage : le lin, utilisé pour la fabrication des vêtements et des voiles de bateaux, et le chanvre, utilisé pour la confection des cordages. D’autres chemins pénétraient dans le bois de Maupertus pour le panage des porcs ou le ramassage du bois. Certains habitants coupaient la bruyère et l’ajonc de la lande afin de l’utiliser comme bois de chauffage.

Bien qu’étant une terre « pauvre » et acide, la lande était aussi exploitée pour le pâturage des chèvres et des moutons, d’où les toponymes Mont des chèvres, Chemin des roussins.
A noter que lors de la seconde guerre mondiale, en raison de sa situation géographique privilégiée, de nombreux blockhaus ont été érigés sur cette lande.
Aujourd’hui protégé pour ses intérêts faunistiques et floristiques, cet espace est très fréquenté par les adeptes de randonnée et de VTT.

Les plages
Les rivages des Fermanville sont très diversifiés, alternant cap rocheux, criques, anses sableuses et petits ports patrimoniaux.
Trois plages, dans des cadres somptueux, sont particulièrement prisées des Fermanvillais·es :
– la plage de l’anse du Brick, faite de sable fin, située au fond d’une crique qui l’abrite de la plupart des vents, prisée par les surfeurs lorsque la houle est bien orientée ;
– la plage de la Mondrée, grande anse sableuse à l’est du cap Lévi, bordée par un cordon dunaire au sud, propice à la baignade, fréquentée par les pêcheurs le soir venu ;
– la plage de Tocqueboeuf, à l’est de la commune, abrite quelques bateaux au mouillage.
Les curieux qui s’aventureront hors des sentiers battus auront le plaisir de découvrir de plus petites plages, moins fréquentées, mais tout aussi agréables, à marée haute.

Le Marais de Tocqueboeuf
D’une superficie d’environ 23 hectares, il s’étend sur les communes de Fermanville et Vic-sur-mer. Ce site du Conservatoire du littoral est un marais arrière-littoral, bordé d’un cordon dunaire, qui abrite une roselière, une prairie humide sillonnée de fossés et une prairie sèche. Deux petits ruisseaux alimentent ce marais.
La biodiversité du site est assez remarquable, abritant une avifaune diversifiée, de nombreux insectes et quelques reptiles comme la couleuvre à collier ou la vipère péliade. La flore présente de nombreuses espèces protégées. Le suivi de la faune et de la flore est effectué par le Symel.